Citation(s) from the GunPolicy.org literature library

France. 2010 ‘Collection and Disposal (Collecte et élimination).’ National Report of France on its Implementation of the United Nations Programme of Action to Prevent, Combat and Eradicate the Illicit Trade in Small Arms and Light Weapons in All Its Aspects (UNPoA); A.6.i and ii, pp. 10-11. New York, NY: Permanent Mission of France to the United Nations. 1 May

Relevant contents

Collecte et élimination

i) Veuillez décrire les programmes nationaux conçus et mis en application pour éliminer rationnellement les ALPC en excédent détenues par l'armée, la police et tout autre organe en droit de détenir des ALPC. (II.18)

Les armes peuvent être détruites selon deux voies:

- destruction par un établissement administratif spécialisé;
- destruction par une société commerciale du secteur privé.

Dans les deux cas, le processus est cadré par la législation en vigueur: Le code de la défense et l'arrêté interministériel du 31 juillet 2001.

Les seules méthodes autorisées pour la destruction des armes des forces armées, sont les suivantes:

- Armes de calibre inferieur ou égal à 12,7mm: fonte en creuset de presque toutes les pièces en acier après démontages des parties bois, plastique, ou autres métaux, cisaillement et/ou broyage des autres pièces, voire de certaines armes entières;
- Armes de calibre supérieur de 12,7mm (canons de 20mm, mortiers, …) découpage au chalumeau oxyacéthylénique et/ou écrasement à la presse.

Les procédures d'élimination des armes et des munitions suivent des voies différentes:

- Concernant les armes, chacune des armées est compétente pour établir le volume des armes à détruire. La destruction se fait cependant sur un lieu unique, au 9e BMAT de Poitiers (bataillon du matériel) relevant de l'armée de terre, seul capable d'effectuer les opérations de destruction.
L'élimination se fait soit par fusion dans un four, soit par broyage.
L'élimination porte sur les armes des trois armées (jusqu'au canon de 20mm) et sur les saisies enregistrées aux greffes. Un PV de destruction est établi, avec tenue d'un registre.
- Concernant les munitions, les organismes responsables sont actuellement différents mais ils suivent la même procédure. Ce qu'il faut retenir, c'est que cette responsabilité devrait se transformer en procédure interarmées avec la mise en place du SIM (service interarmées des munitions), à l'été 2010, structure unique qui aura en charge la gestion des munitions pour les armées, dont la procédure de destruction.

En terme de procédure, les armées passent un marché avec l'organisme OTAN, la NAMSA, qui est alors habilitée à lancer un appel d'offre au niveau européen. II existe une demi-douzaine d'entreprises défense sur le continent (surtout en ex-AIIemagne de l'Est et en Italie) qui sont capables d'effectuer ces opérations. La NAMSA propose des prestataires aux armées. Après approbation par ces dernières, Ia NAMSA passe le marché avec ces sociétés qui assurent l'opération, depuis la récupération jusqu'à la destruction (ce qui implique aussi le transport). La destruction se fait par fusion. Pour les munitions lourdes et particulières, il peut y avoir des opérations intermédiaires de démontage, récupération et recyclage des pièces électroniques, des produits chimiques et de la matière. C'est donc une procédure OTAN, à défaut de disposer d'une société française capable de traiter les munitions. La NAMSA contrôle les sociétés européennes et les armées ont un droit de regard.

ii) A t-on détruit ces stocks pour les éliminer? (II.18)

Oui.

++++

Translated content:

Collection and Disposal

i) Please give details of any national programmes that have been established and implemented for the responsible disposal of surplus stocks of SALW held by armed forces, police and other authorized bodies. (II.18)

The arms can be destroyed in two ways:

- Destruction by a specialised administrative institution;
- Destruction by a private sector company

In both cases, this process is regulated by the legislation in force: The Code of Defence and the interministerial bylaw of 31 July 2001.

The only method authorised for the destruction of the arms of Armed Forces are the following:

- Arms of a calibre inferior or equal to 12,7mm: Smelting for all steel pieces after dismantling the wooden, plastic, and other metal parts, shearing and/or grinding of other pieces, or even some whole weapons.
- Arms of a calibre superior to 12,7mm (20mm barrels, mortars…): Cutting with an oxyacetylene flame and/or crushing with a press.

The disposal procedures of arms and ammunition can take different forms:

- Concerning arms, each Army is responsible to determine the volume of arms to destroy. The destruction is however carried out in one place, at the 9th BMAT (Equipment Battalion) under the Army, the only one able to carry out destruction operations.
The disposal is carried out either by melting in an oven, or by grinding.
The disposal concerns the arms of the three Armies (up to 20mm barrels) and the seizures registered at the Courts. An official report of destruction is established, and a register is kept.
- Concerning ammunition, currently, the institutions in charge are different but follow the same procedure. It should be noted that this responsibility will be transformed as an interarmy procedure, through the creation of the SIM (Interarmy Service for Ammunition), a unique agency which will be in charge the management of the ammunition of the Armies, including destruction procedures, during Summer 2010.

In terms of procedures, the Armies have an agreement with the NATO agency NAMSA, which can then issue an invitation to tender at the European level. There exist half a dozen defence companies on the continent (mostly in the former Eastern Gemany and Italy) that have the means to carry out these operations. The NAMSA offers providers to the Armies. After the approval of the Armies, NAMSA enters into an agreement with these companies that take care of the operation, from the recovery to the destruction (which also implies transport). The destruction is carried out by melting. For heavy and particular ammunition, there can be intermediate operations to dismantle, recover and recycle electronic pieces, chemical products and matter.

It is thus a NATO procedure, as France fails to have French companies capable to handle ammunition. NAMSA controls European companies and the Armies have a say in the matter.

ii) Is destruction the means used to dispose of such stocks? (II.18)

Yes

[NAMSA = NATO Maintenance and Supply Agency; SALW = Small arms and light weapons]

ID: Q5836

As many publishers change their links and archive their pages, the full-text version of this article may no longer be available from the original link. In this case, please go to the publisher's web site or use a search engine.