Citation(s) from the GunPolicy.org literature library

France. 2010 ‘Collection and Disposal (Collecte et élimination).’ National Report of France on its Implementation of the United Nations Programme of Action to Prevent, Combat and Eradicate the Illicit Trade in Small Arms and Light Weapons in All Its Aspects (UNPoA); A.6.iv, p. 12. New York, NY: Permanent Mission of France to the United Nations. 1 May

Relevant contents

Collecte et élimination

iv) En dehors des exceptions énoncées au paragraphe II.16 du Programme d'action, est-ce que toutes les ALPC confisquées, saisies ou rassemblées sont détruites ? (II.16)

En ce qui concerne la destruction des armes confisquées, saisies ou rassemblées par l'État, les conditions de destruction, soit par le ministère de la défense, soit par le ministère de l'intérieur, sont définies par un texte particulier (arrêté du 31 juillet 2001 relatif a la destination des matériels de guerre, armes, éléments d'armes, munitions, éléments de munitions et autres produits explosifs appartenant a l'État).1

Par ailleurs, un autre texte prévoit les conditions applicables à la destruction des armes appartenant à des particuliers par les armuriers; ces opérations sont aussi soumises au contrôle de l'administration (arrêté du 15 novembre 2000 fixant les modalités de destruction par les armuriers des armes de 1ère et de 4ème catégorie et des armes soumises à déclaration).2

Le code de procédure pénale prévoit que lorsqu'une arme légère est saisie dans le cadre d'une procédure judiciaire, il appartient à la juridiction de jugement de décider du sort qui lui sera réservé.3

La totalité des armes saisies dans le cadre de procédures judiciaires fait l'objet de scellés en qualité de pièces à conviction. Puis, elles sont confiées à la garde des greffes des tribunaux.

A l'issue du procès pénal, le service des Domaines peut exercer un droit de préemption en vue d'organiser une vente. Certaines armes peuvent également être remises à des laboratoires de police scientifique, organisés au sein d'une collection nationale, dans une perspective pédagogique et scientifique.

La destruction du reliquat des armes saisies est de la responsabilité du ministère de la Défense, après remise par le ministère de la justice, une fois l'affaire définitivement jugée.

++++

Translated content:

Collection and Disposal

iv) Subject to the exceptions set out in paragraph II.16 of the UN Programme of Action, are all confiscated, seized or collected SALW destroyed? (II.16)

Concerning the destruction of confiscated and seized weapons and of those gathered by the State, the conditions for destruction, either by the Ministry of Defence or by the Ministry of the Interior are defined by a particular text (Bylaw of 31 July 2001 concerning the destination of weapons of war, arms, elements of arms, ammunition, elements of ammunition and other explosive products owned by the State).1

Furthermore, another text provides the conditions applicable to the destruction of arms belonging to individuals by gunsmiths; these operations are also subject to the control of the administration (Bylaw of 15 November 2000 setting the modalities of destruction by gunsmiths of arms of the 1st to the 4th category and the arms subject to declaration).2

The Code of Penal Procedure provides that when small arms are seized as part of a judicial procedure, it is for the Court to decide what will be done with them.3

All the arms seized as part of judicial procedures are sealed as evidence. They are then preserved in the custody of the Court.

After the criminal trial, the services of Areas can have a pre-emptive right to organise a sale. Some arms can also be handed to police crime laboratories, or become part of a national collection in a pedagogical or scientific perspective.

The destruction of the remaining seized arms is the responsibility of the Ministry of Defence, after being handed over by the Ministry of Justice once the case is eventually tried.

[SALW = Small arms and light weapons]

ID: Q5839

As many publishers change their links and archive their pages, the full-text version of this article may no longer be available from the original link. In this case, please go to the publisher's web site or use a search engine.